L’orientation APB avec Dclic ton avenir

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Aujourd’hui lundi 20 janvier 2014

Branle bas de combat dans les familles de lycéens de terminale !

Le site APB www.admission-postbac.fr est ouvert. Ce logiciel enregistre les souhaits d’orientation des élèves de terminale …

Dclic Ton Avenir (www.dclictonavenir.com) propose d’aider les jeunes et leurs familles dans leur démarche d’orientation. Leur méthode repose sur un accompagnement pour aider le jeune à prendre position, à mettre en évidence ses compétences, y compris celles qu’il n’a pas encore identifiées, lui permettre d’être plus sûr de lui au moment de faire des choix difficiles.

Catherine Mengelle, Patricia Greletty et Quitterie de Galard, co-fondatrices de Dclic ton avenir précisent “nous écoutons les histoires qu’il raconte, nous posons des questions pour lui permettre d’apprendre de ces histoires, sans jamais préjuger à l’avance de la bonne réponse, respecter ses idées et celle de sa famille, suggérer mais ne rien imposer, pour lui permettre de réfléchir puis de choisir”.

Retour sur expérience, Catherine Mengelle co-fondatrice de Dclic ton avenir raconte …
Janvier 2013 : mon fils est en terminale et le site www.admission-postbac.frdu Ministère français de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ouvre ses portes. Branle-bas de combat dans la famille :il s’agit d’y déposer les candidatures aux formations post bac qu’il a choisies. On est en janvier de l’année de terminale et les lycéens doivent commencer à avoir une idée précise de ce qu’ils vont faire après un bac qu’ils n’ont même pas commencé à réviser ! C’est un passage rendu obligatoire à tous les élèves de terminale qui souhaitent poursuivre leurs études. Ils devront saisir leurs candidatures en BTS, IUT, fac, etc., classer leurs vœux, remplir les dossiers demandés par les établissements,puis attendre les résultats de trois vagues d’admission, qui vont se succéder et attribuer des propositions aux candidats, « la meilleure possible ».

Nous voici donc aux prises avec un guide d’information que nous avons pris la peine de télécharger et d’imprimer en couleur. Les phrases ou expressions entre guillemets sont toutes extraites de ce guide, imprimées la plupart du temps en caractères gras et en rouge, parfois également soulignées.

1ère étape,avant d’entrer les vœux : s’inscrire et obtenir un n° de dossier APB et un code confidentiel, nécessaires à toute connexion future. « Attention : ils vous sont affichés à l’écran une seule fois. ». Premier gros stress et source de conflit familial pour essayer d’impliquer mon fils dans un processus dont il n’a pas grand-chose à faire.

2ème étape :saisir les éléments du dossier scolaire, les classes suivies, lesétablissements fréquentés, les notes du bac obtenues aux épreuves anticipées de 1ère, et … « Vous saisissez ou contrôlez les bulletins scolaires (Première et Terminale) ».Les établissements, mais c’est rare qu’ils le fassent, peuvent effectuer une « remontée complète des bulletins ».« Dans ce cas, vous devez contrôler les notes et appréciations dans chaque matière / trimestre / année. En cas d’anomalie, vous devez vous adresser directement à votre établissement avant le 2avril. »

L’établissement de mon fils n’ayant pas été fichu d’effectuer la « remontée complète des bulletins », et lui se sentant toujours aussi peu concerné, je me suis chargée d’entrer toutes les notes et les appréciations figurant sur ses bulletins. En le faisant, je me suis demandé ce qui se passerait si j’améliorais l’impression générale… Comme les prisonniers enfermés dans les cellules d’une prison panoptique, je ne sais pas si je suis surveillée ou pas. Mais comme le décrit si bien Foucault, voilà que je me conforme, je fais comme si j’étais surveillée. J’ai scellé sans plus d’état d’âme le sort de mon fils lorsque j’ai saisi une note et une appréciation dont je savais parfaitement bien qu’elles allaient l’empêcher d’accéder à la formation sélective qu’il souhaitait. Pourtant, j’ai la conviction que ce prof a « saqué »sans réfléchir aux conséquences. Cela ne m’a pas empêché de remplir ma mission, comme un bon petit soldat. Fallait-il d’ailleurs respecter scrupuleusement les fautes d’orthographe faites par les professeurs, ou bien les corriger au risque de passer pour une fraudeuse ?

Qui peut me dire ce qui se passe en réalité qui fait que je suis capable ainsi de m’auto-réguler, contre mes propres intérêts ? Une simple menace que peut-être quelqu’un dans un bureau pourrait vérifier précisément le dossier de mon fils ? L’administration parvient à faire porter la responsabilité du contrôle sur ses sujets, soumis. Elle parvient à imposer toujours plus de contrôle avec de moins en moins d’effectif et de moyens. C’est très fort ! Foucault, Deleuze, Derrida, et d’autres, doivent bien se marrer… Dans le cas où l’établissement entre lui-même les bulletins dans la machine, la famille est cependant toujours chargée de vérifier les données et seule responsable en cas d’erreurs :« Toute fraude ou tentative de fraude dans les renseignements saisis ou fournis pourra entraîner des sanctions […], sans préjuger des poursuites qui pourraient être engagées. »

Je ne refuse pas mes responsabilités, je refuse (ou plutôt j’aimerais refuser, si j’avais un peu plus de courage) de laisser les autres me faire porter leurs propres responsabilités. Ce système de gestion des admissions post bac répond à un besoin de l’administration, pas à un besoin personnel. Je ne suis même pas sûre qu’il soit obligatoire, contrairement à ce que tous les établissements veulent faire croire. La preuve, mon fils a pu s’inscrire en septembre 2014 dans une autre licence universitaire que celle que nous avions indiquée dans APB. Il permet en réalité de gérer l’admission dans les formations sélectives, comme les BTS publics, les classes préparatoires et les IUT, où l’entrée se fait sur dossier, en fonction des résultats scolaires et de la motivation affichée. Par simplification administrative, il s’impose à tous. Même les écoles privées cherchent à s’y faire référencer.

3ème étape : saisir et classer ses vœux. En dehors du fait que le dispositif est régi par un calendrier avec un certain nombre de dates d’échéance dont l’approche génère immanquablement une angoisse familiale très désagréable (« Attention ! Respectez impérativement les dates limites »), je défie n’importe quel adulte de comprendre du premier coup la façon dont le système va traiter ces vœux. Je me rappelle qu’il y avait chez moi une fierté imbécile à en décrypter la mécanique, purement informatique, et à l’expliquer aux autres. Il ne m’est pas possible de reprendre le contenu intégral du guide malheureusement,mais il est accessible à tout le monde à partir du site internet. Je vais simplement citer deux passages :

« Bien que non sélectives, certaines L1, et dans certains cas, la première année commune aux études de santé (PACES), possèdent une capacité d’accueil insuffisante, c’est à dire que le nombre de places est inférieur au nombre de demandes. Dans ce cas, le processus d’appel prend en considération l’académie de passage du baccalauréat, l’ordre des vœux, puis procède à un tirage aléatoire. Il est donc important lorsque vous sélectionnez une formation de consulter la rubrique Détails. »
Où j’apprends qu’on n’est plus sûr aujourd’hui d’être admis en 1ère année de médecine (coup de stress supplémentaire), qu’il y a un processus d’appel (c’est quoi ça ?), que l’ordre des vœux semble important (mais je ne sais pas très bien pourquoi ni ce que cela induit), et que de toute façon, on va procéder à un tirage aléatoire (tout ça pour ça ?). J’apprécie par contre que l’on m’explique ce que signifie une capacité d’accueil insuffisante !

Accrochez-vous, un autre passage :
« OUI, MAIS : vous acceptez la proposition qui vous est faite pour l’instant maisvous espérez avoir une formation mieux placée dans votre liste de vœux. Conséquences : si lors de la phase suivante une meilleure proposition vous est faite, vous perdrez vos droits sur la proposition initiale. Si vous n’obtenez pas une meilleure proposition lors de la phase suivante, vous devez confirmer de nouveau votre réponse et vous reconnecter à la prochaine phase. »
On peut aussi répondre« Oui définitif », ou « Non, mais », ou encore « Je renonce à tous mes vœux », avec à chaque fois des conséquences irrémédiables et difficiles à cerner, génératrices d’un stress inutile. Car il s’agit en fait d’un délire d’informaticiens habitués à fonctionner en binaire, qui nous imposent leur mode de raisonnement strictement mécanique. Quelle pauvreté comparée aux facultés fabuleuses du cerveau, et quel enfermement !

J’ai pensé pendant tout le temps qu’a duré cette procédure pour nous, à tous les parents n’ayant pas développé d’affinité particulière avec l’outil informatique, ne disposant d’un ordinateur ni à lamaison ni au travail, que l’administration fait immanquablement passer pour des incapables aux yeux de leurs enfants, qu’ils ne peuvent pas aider, contribuant à fragiliser un lien familial déjà plus ou moins malmené par la période de l’adolescence et l’invention du smartphone. Sans parler bien entendu de la discrimination par le statut et l’argent que ce dispositif public alimente.

A propos de Dclic ton avenir

Un jour Quitterie a appelé Catherine, qu’elle avait croisée dans une école de commerce bordelaise, pour l’inviter à partager quelques idées autour d’un café près de Montaigne. Catherine a accepté. Quitterie est venue avec Patricia. Elles ont bavardé, parlé d’elles et de leurs envies, et se sont accordées autour de valeurs et d’un projet communs sur le thème de l’orientation des jeunes. Elles se sont beaucoup revues depuis, ont intégré Eric dans leur groupe, et ils travaillent aujourd’hui ensemble à aider les jeunes et leurs familles lorsque les choix d’orientation se posent. Contact : dclictonavenir@gmail.com 06 82 31 70 80 www.dclictonavenir.com Page Facebook Orientation Dclic Ton Avenir (https://www.facebook.com/pages/Orientation-Dclic-Ton-Avenir/128165557216907?ref=hl)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »