20 logements en habitat participatif à Bordeaux Quartier Brazza menés par Le COL

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Jeudi 19 mars à 18h30, au centre d’animation Queyries à Bordeaux, le Comité Ouvrier du Logement (COL) Société Coopérative d’intérêt collectif organise la première réunion publique d’une opération d’habitat participatif de 20 logements en volume capable en accession sociale dans le quartier Brazza.

L’habitat participatif replace l’habitant à la base et au cœur du projet aux divers stades de la production et de la gestion de son logement. Situé à mi chemin entre l’habitat collectif et individuel, ce mode de construction permet aux candidats à l’accession à la propriété de concevoir eux-mêmes leur logement selon leurs propres attentes, tout en participant à la conception générale du programme et à la création d’espaces mutualisés. Une démarche participative qui s’appuie sur un réel accompagnement par une équipe de professionnels tout au long du projet en matière de conception, de réalisation et de gestion du bâtiment. Faire ensemble pour mieux vivre ensemble.

80% de la population est éligible à l’accession sociale. Ce mode d’accession à un coût maitrisé s’adresse à des foyers aux revenus compris entre 1 et 3 SMIC pour le PSLA, et à des foyers dont les revenus peuvent aller jusqu’à 5,2 SMIC pour un couple avec deux enfants par exemple.

Depuis 3 ans, Le COL développe l’habitat participatif en accession sociale. Aujourd’hui, deux opérations de construction en mode participatif sont menées : l’une à Bayonne « Terra Arte » (46 logements) au cœur de l’écoquartier du Séqué dont la construction a démarré, et l’autre en Béarn à Billère « Dôman » (36 logements) lancée en septembre dernier, actuellement au stade de la programmation participative.

Quartier Brazza : 3ème projet d’habitat participatif du COL

Le COL a été sélectionné par la ville de Bordeaux pour conduire une opération d’habitat participatif dans le futur quartier Brazza imaginé par l’urbaniste Youssef Tohmé. Tout en conservant une harmonie architecturale, Le COL va développer 20 logements en volume capable. Ces logements à achever seront constitués d’une pièce principale non cloisonnée hormis une pièce d’eau (salle de bain/wc) et inclueront le raccordement aux différents réseaux, eau, gaz et électricité. Les futurs acquéreurs pourront ainsi aménager leur appartement selon leurs goûts et définir ensemble les espaces à partager.
Plusieurs options de surface sont proposées, il est donc possible d’être propriétaire à partir de 1 850 € le m
2 (hors stationnement).

La phase de programmation participative va se dérouler pendant 6 à 8 mois, pour un dépôt du permis de construire en avril 2016 et une livraison des logements fin 2017.

Une démarche humaine collective : décider ensemble et vivre chacun chez soi

La loi ALUR (Loi pour l’accès au logement et à urbanisme rénové) a été l’occasion d’une reconnaissance publique de l’habitat participatif en France. Ces projets de construction menés par un groupe constitué de personnes ou de familles qui ne se connaissent pas, et d’un maître d’ouvrage, illustrent la force de l’intelligence collective. Le groupe de futurs accèdants se constitue progressivement. Sa cohésion et son accompagnement sont essentiels. Le groupe fondateur se structure en association, puis rédige une charte et enfin coopte les futurs habitants.

Pour assurer la réussite de ses projets d’habitat participatif, le COL s’est associé à l’AERA, association loi 1901, qui mène une réflexion sur la ville et l’architecture. L’équipe de l’AERA accompagne les futurs habitants lors des différentes phases et assure l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO). Ils sont acteurs dans la conception et l’organisation du collectif. Les décisions sont prises de manière démocratique, par vote, selon une procédure éprouvée. Cet accompagnement représente entre 2 et 3 % de coûts supplémentaires, compensés par un moindre coût de commercialisation.

Démocratiser un mode d’accès participatif à l’habitat à la portée de tous

Dans un projet d’habitat participatif, les futurs habitants participent concrètement à la programmation. Ils définissent individuellement l’appartement qu’ils désirent, en fonction de leurs besoins et de leurs moyens : le nombre de pièces et leurs surfaces, dont celle de la terrasse, l’accès, la distribution, l’orientation et la situation…

Ensemble ils élaborent, dans le cadre des contraintes architecturales et urbaines, les grandes dispositions du projet et les parties communes intérieures et extérieures (salle de réunion, espaces enfants, ateliers, chambres d’amis, buanderies, jardins partagés, etc.).

Ce mode de production de logement permet à chaque futur habitant, de s’engager dans une démarche en participant de façon collective à toutes les étapes de la réalisation générale. Accompagnés par des professionnels, ils sont associés à tous les choix en matière de conception, de réalisation et de gestion du bâtiment.

Cette démarche entraîne une meilleure réponse aux attentes des futurs accédants, une évidente réduction des coûts, une meilleure adéquation entre leurs besoins et leurs moyens, une plus grande solidarité entre voisins, une appropriation plus durable des logements.

La démarche participative fait la fierté du COL qui, depuis toujours, mène une réflexion constante sur la manière de faciliter le lien social.

Bertrand Bourrus, président du Comité Ouvrier pour le Logement précise « Pour nous, le véritable enjeu est de sortir d’une société individualiste et de tendre vers des organisations coopératives, levier essentiel pour favoriser la cohésion et la future entente entre voisins.  En amenant des gens à travailler ensemble, on encourage l’entraide pour que demain la copropriété vive bien. C’est le leitmotiv du COL, qui depuis son origine, a toujours fonctionné sur un mode solidaire. »

Déjà présent en Gironde, avec un projet de résidence « L’escale verte » à Bassens de 38 logements, Le COL devrait poursuivre sur d’autres projets en accession sociale sur l’agglomération bordelaise.

En mai prochain, Le COL ouvrira une agence cours d’Albret à Bordeaux.

A propos du Comité Ouvrier du Logement (COL)

Le COL (Comité Ouvrier du Logement), Société Coopérative d’Intérêt Collectif Hlm créée en 1951, a permis à près de 6 000 familles de se loger, dans les Pyrénées-Atlantiques et le sud des Landes. C’est une société à capital variable fondée sur les principes coopératifs de démocratie et de transparence, à l’intérieur de laquelle chaque accédant ou locataire devient coopérateur et peut ainsi participer à la vie de la société. Véritable généraliste de l’habitat, même si l’accession reste son cœur de métier, interlocuteur privilégié des collectivités, le COL exerce trois métiers complémentaires : aménageur foncier, promoteur-constructeur, gestionnaire immobilier.

Le COL emploi 40 collaborateurs et affiche un résultat en 2013 de 1 802 765 €. Le COL a réalisé 5 879 logements dont 4 180 en accession et 1 699 logements locatifs en gestion (fin 2014), dispose de 127 lots à bâtir. Le COL est dirigé par Imed Robbana.

Renseignement

Tél. : 05 59 52 32 15 / www.lecol-bordeaux.com

Page Facebook Le COL Bordeaux – Twitter Le COL Bordeaux
79 bis Cours d’Albret 33000 Bordeaux (ouverture en mai 2015)

AERA
Tél. : 05 61 21 61 19 / http://www.accession-participative.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »